Epargne

Tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance vie

De nombreuses personnes pensent que l’assurance-vie est un placement qui sert uniquement à investir dans des fonds euro garantis et à faible rendement.

En réalité, il s’agit d’une enveloppe d’investissement similaire aux autres dans laquelle on peut investir dans de nombreux supports différents (actions, obligations, ETF, immobilier…), qui possède des avantages fiscaux particulièrement intéressants sur les plus-values et pour la transmission.

Dans cet article on vous propose de :

  • Vous éclairer dans le jargon de l’assurance-vie qui prête souvent à confusion : on parle de primes, de rachat, d’unités de comptes
  • Vous détailler le fonctionnement des assurance-vie : les modes de gestion, les frais auxquels faire attention
  • Vous préciser les avantages fiscaux de cette enveloppe
  • Corriger les 4 idées reçues les plus courantes sur cette enveloppe

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

L’assurance vie est le placement financier préféré des français. Il s’agit à la fois d’un produit d’épargne, d’un produit de prévoyance et d’un moyen pour effectuer des optimisations fiscales.

Une personne qui souscrit à une assurance vie s’engage à payer des primes (dit simplement : des versements) à un assureur ou à une banque en échange d’un versement d’un capital pour elle-même ou pour l’un de ses proches. Ce placement prend fin lors de la clôture du contrat ou lors du décès de la personne. Le jargon est en apparence complexe, mais en réalité l’assurance-vie est juste une enveloppe d’investissement particulière, avec des avantages spécifiques.

L’assurance vie est un placement à moyen/long terme car cette dernière n’a pas de durée prédéfinie et on peut la garder toute la vie. Lorsqu’on décide de mettre de clôturer le contrat, les bénéficiaires recevront l’argent récolté par l’assurance vie qui sera augmenté par les gains éventuels et diminué par des frais. Tout dépend des investissements choisis.

Il s’agit donc à la fois d’un outil d’épargne et d’un outil de transmission.

1. Les 2 types de produits

Pendant la phase d’épargne, l’assurance vie va vous proposer d’épargner sur 2 types de produits financiers : les fonds en euros et les unités de compte.

  • Les fonds en euros, qui sont les produits financiers les plus connus, sont un placement garanti car vous êtes assuré de récupérer l’argent que vous aviez investi. Il s’agit des contrats monosupports.
  • Les unités de compte sont des produits financiers qui sont liés à l’évolution des marchés financiers (typiquement des obligations, actions, ETF ou des produits liés à l’immobilier). Ceci signifie que le bénéficiaire n’est pas garanti de récupérer l’argent investi mais peut permettre d’obtenir de meilleurs rendements. Il s’agit des contrats multisupports.

A noter qu’il est possible de transférer ces versements sur les deux catégories de produits financiers. On parle alors d’arbitrage. L’arbitrage dépend du type de gestion que vous choisissez.

2. Les mode de gestions

Il existe 3 types de gestion que vous pouvez choisir : la gestion libre, la gestion profilée et la gestion pilotée 

  1. Dans la gestion libre, le souscripteur décide de gérer son contrat seul. Il s’occupe lui-même du niveau de répartition entre les différents produits financiers que lui propose l’assurance. La gestion libre permet d’avoir une grande liberté sur ses investissements : le souscripteur peut modifier ses placements à l’aide de l’arbitrage.

Certaines compagnies d’assurance peuvent proposer à leurs clients qui souhaitent gérer eux-mêmes leur contrat des options de gestion automatique. Ce sont des outils informatiques qui permettent d’aider le souscripteur à gérer lui-même ses investissements. Ces outils sont seulement disponibles pour un contrat multisupport. Ils ont de nombreux avantages comme le fait de pouvoir sécuriser les gains ou de rééquilibrer les investissements entre les différents supports. Toutefois, ces options de gestion automatiques sont rarement offertes par les compagnies d’assurances.

  1. Pour les personnes qui ne savent pas vraiment investir, il existe la gestion profilée, où le souscripteur choisit le niveau de risque (un « profil ») qu’il veut prendre et son assureur va gérer l’arbitrage à la place de son client.
  2. La gestion pilotée permet au souscripteur de laisser la gestion de ses investissements à une personne ou une entreprise tiers. Dans cette configuration, c’est à cette dernière de gérer le niveau de risque en fonction de la demande de son client. Ce dernier laisse la tierce personne choisir les fonds et les arbitrages à effectuer.

3. Les avantages de l’assurance vie

Le principal avantage de l’assurance vie est sa flexibilité. Certaines personnes la comparent à un “couteau suisse” de l’investissement car elle permet à la fois de préparer sa retraite, d’augmenter son capital, se constituer un “matelas de sécurité” et de préparer sa succession avec la plus grande liberté. Elle est aussi très populaire car elle s’adresse autant aux personnes qui veulent rester prudentes qu’aux personnes qui veulent prendre plus de risques.

💡Envie d’en savoir plus sur comment bien préparer sa retraite ? Nous vous invitons à lire cet article.

Fiscalement parlant, l’assurance vie possède de nombreux avantages fiscaux après 8 ans :

  • abattement annuel de l’imposition sur 4600€ pour un célibataire ou 9200€ pour les couples mariés ou pacsés.
  • le taux d’imposition est réduit de 30% (PFU) à 24.7% si les plus-values sont inférieures à 150 000€

Elle apporte aussi une facilité de transfert de capital sans passer par la succession ce qui signifie que vous pouvez verser vos gains à une personne ou à une personne morale qui ne fait pas partie du cercle familiale tel une association caritative ( bien que dans la plupart des cas les transferts de capitaux se font au sein du cercle familial).  

4. Les frais liés à l’assurance vie 

Les frais d’assurance vie dépendent de l’assurance à laquelle on a choisi de souscrire. Ils varient d’un contrat à un autre. Il faut aussi différencier les types de frais auxquels on a à faire : les frais sur versement, les frais de gestion et les frais d’arbitrage.

  1. Les frais sur versement 

On les appelle aussi frais d’entrée, ce sont les frais qui sont récupérés à chaque versement sur l’assurance vie. Ils s’élèvent entre 1% et 3.5% en général. A noter qu’il n’y a pas de frais d’entrée sur la plupart des contrats d’assurance vie en ligne. En particulier Ramify ne facture pas de frais d’entrée.

  1. Les frais de gestion

Les frais de gestion sont des frais annuels. Ils sont prélevés tous les ans et s’appliquent sur toutes les sommes placées sur le contrat (sans les frais de versements) et sur les intérêts et revenus gagnés.

Les frais de gestion annuels se répartissent de la manière suivante :

  • Les frais de gestion qui servent à rémunérer le gestionnaire (chez Ramify ils s’élèvent à 0.3%)
  • Les frais d’enveloppe prélevés par l’assureur (chez Ramify ils s’élèvent à 0.5% et servent à rémunérer notre partenaire APICIL qui sécurise vos fonds)
  • Les frais de gestion des fonds qui peuvent aller de 0.1% à 5% environ selon le type de fonds que choisit votre gestionnaire. Chez Ramify nous avons choisi d’investir dans des ETFs, ce qui permet d’avoir des frais en moyenne à 0.2%

Attention, le dernier point n’est pas toujours mentionné dans les communications commerciales des gestionnaires. Chez Ramify, nous avons choisi de proposer un produit avec des frais transparents : l’ensemble des frais de gestion s’élève à 1% tout compris avec l’offre de lancement Early Access.

  1. Les frais d’arbitrage

Les frais d’arbitrage sont des frais qui s’appliquent lors de la répartition des fonds faite par le souscripteur. Ce sont des frais qui sont fixés en fonction du contrat auquel on souscrit. Il s’agit le plus souvent soit de pourcentages entre 0.25% et 1% sur les fonds arbitrés, soit d’un forfait fixé au préalable souvent inférieur à 30€.

Chez Ramify, nous ne facturons pas de frais d’arbitrage.

Questions fréquentes et idées reçues 

Bien que l’assurance vie soit le placement préféré des français, elle subit encore beaucoup de fausses idées et certaines personnes ont beaucoup d’interrogations à son sujet..

« On ne peut récupérer nos investissements qu’à la fin du contrat ou après notre décès »

Beaucoup de personnes imaginent que leur argent est bloqué dans ce contrat au minimum pour une durée de 8 ans. Cette information est fausse ! 

Pour résumer, lorsqu’on veut récupérer l’argent qui est sur l’assurance vie, on parle de rachat. Il peut s’agir d’un rachat partiel ou total. Lors du rachat les intérêts gagnés sont imposables et c’est là que rentre en compte la règle des 8 ans.

Le rachat de contrat après 8 ans offre une imposition plus avantageuse que le prélèvement forfaitaire unique (PFU) mais seulement si vos plus-values sont inférieures à 150 000€. Ces dernières seront taxées à 24.7% au lieu de 30%.

Vous pouvez donc racheter votre assurance vie avant 8 ans.

« L’assurance vie est une assurance décès »

Beaucoup de personnes imaginent que l’assurance vie ne fonctionne qu’en cas de décès cependant il s’agit d’une fausse idée. Il existe 2 types d’assurances : l’assurance vie et l’assurance de décès. Cette dernière n’agit pas comme un produit d’épargne mais plus comme une prévoyance en cas de décès. Malgré tout, l’assurance vie permet d’avoir des avantages en cas de décès du souscripteur.

« On ne peut avoir qu’une seule assurance vie »

On peut posséder autant d’assurance vie que l’on souhaite. De plus, on peut aussi choisir de se faire assurer par plusieurs assureurs en fonction de nos stratégies d’épargne.

« L’assurance vie ne permet d’investir que sur des fonds euros »

Bien que cette idée disparaît de plus en plus, elle subsiste chez de nombreux français. Comme dit précédemment l’assurance vie permet d’investir sur des fonds euros mais aussi sur des unités de compte. Cependant les unités de compte historiquement plus récentes que les fonds euros inquiètent plus les français que les fonds euros car ces derniers sont fixés en fonction des marchés financiers.

Besoin d’aide ? Contactez-nous

Vous avez des questions sur votre souscription ?
Nos experts sont disponibles pour vous accompagner de 9h à 18h, sur rendez-vous